C'est la saison... des cartons.

Publié le par Tite zoreille

Toutes les bonnes choses ont une fin, et les rougails saucisses n'échappent pas à la règle. Après deux années passées à La Réunion, l'heure des cartons a sonné. Comme à l'aller, notre container part deux mois avant nous (histoire de bien prendre l'humidité sur les mers du globe), ce qui nous oblige à quelques acrobaties organisationnelles. Heureusement : on sait se contenter de peu, et il nous reste la "caisse popote" :D (à savoir 4 assiettes et une poêle, généreusement prêtées par l'Armée).

La fameuse "caisse popote" :D

La fameuse "caisse popote" :D

C'est assez étrange, de vider l'appartement, de décrocher la déco, de retrouver les murs nus que nous avons connus à notre arrivée. D'être encore ici pour quelques semaines, mais plus vraiment chez nous. De n'être pas encore ailleurs, non plus. Bref, dans un entre-deux (rien à voir avec la commune) un peu inconfortable, un temps des "au revoir" et des dernières visites.
L'impression qui reste, est celle que cela file très vite, deux années d'expatriation. Il faut bien une année pour s'acclimater et faire son trou sur une île complètement inconnue. Et, à peine installés, avec des amis et des activités, voilà qu'il faut à nouveau tout remballer. Deux ans, c'est à la fois trop long (pour un simple séjour) et trop court (pour un morceau de vie).

Mais où ai-je rangé mon passeport...? Mais où ai-je rangé mon passeport...?

Mais où ai-je rangé mon passeport...?

Ceci dit, nous nous savions de passage, en voyage au long cours, mais tout de même en voyage, et l'expérience fut riche sur de nombreux points. Parmi ceux-ci, évoquons la chance, inouïe, de pouvoir vivre sur un volcan qui nous gratifie régulièrement de ses shows pyrotechniques. Au rythme des letchis, des mangues et des avocats. De pouvoir saluer les perroquets, chirurgiens, papillons et autres superbes poissons du lagon. De croiser des tangues, des pailles-en-queue, des caméléons. De s'endormir au chant du margouillat, sous la lune inversée. De randonner dans les cirques, ces paradis perchés dans les replis du monde. De grandir en "savates 2 doigts" et en débardeur, au milieu des copains et des copines de toutes les couleurs. De s'acclimater au soleil austral, pour finalement trouver qu'en-dessous de 25 degrés il fait (très) froid. Et de rencontrer plein de gens merveilleux, généreux, souriants, drôles, touchants, passionnants. Pour tout cela : merci :)

Bon voyage, les jouets !

Bon voyage, les jouets !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphanie 28/05/2016 20:20

Oooook, ça y'est ! Eh bien les deux ans ont filé de ce côté-ci aussi mais contente d'envisager une petite rencontre dans les mois à venir...

Tite zoreille 29/05/2016 11:46

Moi aussi ! (Et je kiffe toujours autant tes recettes ;) ) Big up ! :D