Radio Free dom

Publié le par Tite zoreille

Dans la voiture - je passe de longues heures dans les bouchons de St-Denis - j'écoute Radio Freedom. C'est une radio à nulle autre pareille. C'est tout à la fois la voix du justicier et la parole du Bon Samaritain : les auditeurs appellent pour dénoncer l'arbitraire d'une administration, les patrons voyous, les bailleurs fautifs, les retards de paiements de la Caf. En revanche, qui a perdu ses clefs, sa carte bleue, son chien ou son enfant (véridique), a bon espoir de se voir exaucer dans les heures qui suivent.
C'est la radio des coups de gueule, le grand défouloir, la catharsis populaire : les rythmes scolaires, les politiques, la route du littoral, le ramassage lacunaire des poubelles, les problèmes de voisinage, la maltraitance animale (saviez-vous qu'on utilise parfois des chiens pour appâter les requins ??), tout y passe. C'est en somme l'agora de Bourbon, où l'on débat de la citoyenneté et du vivre-ensemble, de l'éducation et de la répression, de l'écologie naissante.
Ce sont les ondes par excellence des faits-divers : collisions, accidents, règlements de comptes, déminages, racontés en direct, par des témoins dégainant leur portable, le tout avec force détails sanglants ou sordides.
C'est également l'expression du lien social entre les générations et les classes sociales. La main tendue aux "gramounes" (les anciens), aux isolés, aux miséreux, aux accablés. C'est une voix donnée aux oubliés.
C'est encore l'apothicairerie publique. On y échange des recettes de grand-mère à base de plantes ou de marc de café, pour soigner son rhume ou son bouc.

Radio Free dom

Évidemment, cette parole largement donnée a les défauts de ses qualités. Parfois, on y entend des inepties sans nom, des bêtises sans fond. C'est par moment l'expression de toutes les ignorances, de survivances superstitieuses, voire de croyances dangereuses (saviez-vous qu'on peut soigner le "chik" avec des tisanes ? si si). Avec une patience surnaturelle, les animateurs écoutent, tempèrent, modèrent, rassurent, orientent, commentent, tantôt en français, tantôt en créole.
Mais qu'il s'agisse d'un chien errant ou de la venue du président, Radio Freedom c'est, toujours, la voix de la créolité, pétrie de bienveillance et d'affectivité. Sur cette île-univers, petit navire où nous sommes tous embarqués, loin du reste du monde, le sort de l'un est le sort de tous. Et tous se sentent concernés.
Radio Freedom, c'est le murmure de l'île Bourbon. C'est l'âme de La Réunion.

(c) Hélène Moignard / Buz buz

(c) Hélène Moignard / Buz buz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article