La diagonale des oufs

Publié le par Tite zoreille

La diagonale des oufs

On l’appelle aussi “diagonale des fous”. Le Grand Raid est l'incontournable rendez-vous sportif de La Réunion. Une institution. Cette épreuve extrême rassemble la crème des raideurs du monde entier. Ils sont tellement nombreux à vouloir participer, qu’un tirage au sort détermine les heureux élus. 2500 coureurs se sont lancés dans cette grande (et folle, il faut le dire) traversée de la l’île du sud au nord. Une traversée par monts et par vaux. Et surtout par monts. Un tracé de 172 km. 10 000 m de dénivelé positif. 24 h d’efforts ininterrompus pour le premier, plus de 60 h pour le dernier (après quoi les arrivées ne sont plus comptées). Dans le noir. Dans le brouillard des sommets. Dans la boue de sentiers fleurtant avec le vide. Sous la pluie des cirques. Sous le soleil de plomb des vallées.

10 000 m de dénivelé positif...

10 000 m de dénivelé positif...

Pour se préparer physiquement à cette expédition au bout de soi-même (et au-delà), il faut user ses chaussures des mois, des années, durant. Et avoir un mental d’acier trempé. Même si l’on n’aime pas la course, ou que l’on trouve ridicules ces pubs ambulantes pour coûteuses marques de sports, avec accessoires hors de prix et tenues moulantes de super héros des chemins creux, cette épreuve de têtes brûlées force le respect. Bien sûr, on regrettera un peu d’habiter près de l’arrivée, et d’entendre, trois jours (et deux nuits) durant, l’animateur (qui doit abuser des boissons énergisantes) hurler les numéros des dossards à mesure de leur arrivée. Le tout, avec force hélicoptères, concerts et feu d’artifice s’il vous plaît. Bref, vous l’aurez compris, ce week-end, c’était le Grand Raid à La Réunion. Et comme le dit joliment une marque locale de vêtements bien connue, “Raid is raide…”

Coureurs du troisième type...

Coureurs du troisième type...

Ambiance à l'arrivée.

Ambiance à l'arrivée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article